Cheval à vendre ?

Que faut-il savoir quand on veut acheter un cheval ?

Quand on se passionne pour l’équitation, on a très souvent envie d’avoir son propre cheval ! Acheter un cheval n’est pas un acte anodin, cela suppose d’avoir du temps et le budget nécessaire.

Mais quels sont les avantages d'avoir son propre cheval ?

Et bien déjà, on peut le monter quand on veut ! Mais surtout on peut créer une relation particulière, voir unique avec son nouveau et fidèle partenaire.

Quelles sont les contraintes liées au fait d'avoir son propre cheval ?

Loin d'avoir l'idée de vous en dissuader, il faut tenir compte de quelques paramètres et obligations au moment d'acquérir un cheval comme par exemple, le fait de le nourrir, le penser et nettoyer son abri, ce qui implique de devoir évoluer dans un milieu qui n'est pas forcément propre.

Un cheval est très dépendant de vous, il faut donc s'en occuper tout le temps et même quand il fait mauvais temps ! On peut pas forcément partir en vacances quand on veut, ou en tout cas il faut trouver quelqu’un qui vous garde votre cheval.

Sans oublier qu’un cheval peut vivre jusqu’à 30 ans donc c’est un engagement de longue durée.

monter à cheval.jpg

Le budget cheval coûte assez cher, et il ne faut pas analyser que le prix d’achat mais aussi la nourriture, le maréchal-ferrant, le vétérinaire, et bien sûr, le matériel pour monter à cheval, sans oublier la location de l’hébergement. Donc avant d’acheter un cheval, il faut y penser à deux fois ou plutôt compter. (voir notre article sur le budget).

À savoir : Les dépenses les plus coûteuses concernant la possession d'un cheval sont l’hébergement, le foin, et le vétérinaire.

Comment est fixé le prix d’achat d’un cheval ?

Le prix d’un cheval dépend essentiellement de son âge, du niveau de dressage, et s’il a participé à des concours.

Pour un cheval "classique", Il faut compter en moyenne 1500 euros.

Mais le prix d'un cheval est beaucoup plus élevé quand il s'agit d'un cheval de race ou quand on veut le monter en compétition.

Du côté des accessoires d'équitations, il faut prévoir une selle, un tapis de selle, le filet, le licol et des accessoires de pansage, sans oublier les vêtements d’équitation pour le cavalier ou la cavalière.

Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas au moment de l’achat d’un cheval que les dépenses sont plus élevées mais bien après, tout au long de la vie du cheval. En effet, les dépenses régulières comme l’hébergement, la litière, la nourriture et les compléments alimentaire, les soins préventifs, les interventions du vétérinaire, l’entretien des sabots, l’assurance ou les dépenses de concours représentent des investissements très importants.

Les dépenses quotidiennes occasionnées par l'acquisition d'un cheval

Dans quel hébergement allez-vous faire se reposer votre cheval ?

Si vous n'avez pas vous-même une écurie ou un box, il vous faudra faire appel à un club hippique près de chez vous afin d'y louer tous les mois de l'année, un box adapté pour pouvoir accueillir votre cheval.

En règle générale, la pension inclut aussi la nourriture et le nettoyage de l’abri.  Attention, la litière doit être changée tous les jours et c'est au propriétaire du cheval de s'occuper de l'entretien. 

Côté alimentation, le cheval doit être nourri avec du foin tous les jours mais on peut ajouter à son repas des granulés, des friandises comme des carottes et surtout des compléments alimentaires.

Pour la bonne santé du cheval, on réalise plusieurs fois dans l'année des soins préventifs comme des vaccins ou le vermifuge, sans oublier les dents qui nécessitent entre 1 à 2 interventions dans l'année. C'est un minimum car le cheval peut aussi tomber malade, ce qui impliquera de faire appel spécifiquement à un vétérinaire.

Concernant les sabots, les chevaux ferrés ont besoin de nouveaux sabots toutes les quatre à six semaines.

A savoir : Pour savoir si un cheval doit porter les fers, il faut tenir compte de l’activité qu’on lui impose et de la qualité de la corne de ses sabots.

Il est aussi recommandé d'assurer un cheval notamment contre les grosses dépenses de santé, le décès du cheval ou l’infirmité.

Enfin, dans les dépenses qui peuvent être plus accessoires, on peut retrouver les leçons pour apprendre à sortir en concours. Les concours qui justement nécessitent une tenue et un matériel de compétition spécifique avec aussi des droits d’inscriptions et des frais de transport.

Quel type de cheval acheter quand on débute ?

Comme première monture, il est plutôt recommandé d’acquérier un cheval patient et docile.

Patient avec le jeune cavalier ou la jeune cavalière car quand il ou elle commettra des erreurs, le cheval pourra être plus indulgent. Et puis, c'est très difficile pour ne pas dire impossible d'apprendre à monter à cheval et en même temps, dresser un jeune cheval.

Chaque cheval  a sa propre personnalité ! Pour bien choisir son cheval, il faut savoir prendre son temps et se faire conseiller par un professionnel.

Vous aurez peut-être la tentation de vouloir acheter un cheval plutôt jeune afin de le garder plus longtemps, mais quand il s’agit d'un premier cheval et que vous débutez, mieux vaut prendre un cheval un peu plus âgé et plus expérimenté, car quand on débute, si on prend un cheval inexpérimenté, souvent la relation entre le cavalier et le cheval se détériore et l'expérience se révèle désastreuse pour les deux.

On considère qu’un cheval qui a plus de six ans est un adulte, et c’est l'idéal pour un cavalier débutant même si l’âge ne suffit pas pour choisir un cheval car il faut aussi tenir compte du dressage du cheval.

On ne prend pas trop de risques avec un cheval qui a entre 10 et 20 ans.

Par contre un cheval qui s’approche de la trentaine n’est plus vraiment le bon choix.

N’oubliez pas de choisir un cheval en fonction de la discipline que vous voulez pratiquer comme par exemple le saut d’obstacles ou la randonnée.

Quand on débute, on a souvent le choix entre des juments et des hongres (mâles castrés) et on évite les mâles non castrés qui demandent beaucoup plus d'expériences.

rencontrez des cavaliers et des cavalières

A qui acheter un cheval ?

L’idéal serait d’acheter un cheval à un entraîneur car quand on débute, on cherche un cheval un peu expérimenté.

Et justement les entraîneurs proposent des chevaux bien dressés. Mais on peut aussi acheter un cheval à des particuliers, ou des marchands de chevaux.

Les éleveurs proposent essentiellement des chevaux de race et souvent très jeune, c'est le principe ! Ce n'est donc pas nécessairement adapté pour acheter un cheval expérimenté même si les éleveurs font un travail remarquable. Il existe des cas où l'éleveur peut avoir à vendre des chevaux qui ne font plus de compétitions.

Pour éviter les mauvaises surprises et quelque soit le vendeur du cheval, il est recommandé de faire une visite d'achat avec un vétérinaire.

Celui-ci va examiner l'animal pour notamment détecter d’éventuels problèmes de santé.

Le vétérinaire va vérifier les signes vitaux, le cœur et les poumons, des bruits digestifs, les dents, les yeux, les boiteries, les radios et faire une prise de sang pour voir si le cheval n'a pas été drogué.

A savoir : Le vétérinaire ne vous donne pas un droit ou une autorisation pour pour acheter un cheval, il vous informe juste de la situation de santé du cheval au moment de l'achat.

Cela n'empêchera pas le cheval de tomber malade !


À lire également : L'Équitation est un véritable sport...