Format photo

Le format photo est un élément clé de la prise de vue

Si on souhaite investir une belle somme d'argent dans un appareil photo, on entend en retirer une qualité d'image optimale ! Le format d'image est donc un élément clé de la prise de vue et du rendu image.

Le format JPEG qui est un des plus répandus comme format d'enregistrement image n'est pas toujours le plus optimal. C'est un standard, codé sur seulement 8 bits et compressé avec pertes.

On a coutume de dire que c'est un excellent format d'affichage et de diffusion d'images mais en réalité son potentiel d'amélioration est très limité.

Process du format RAW

A l’heure du numérique, le format RAW est l’équivalent du négatif pour l’argentique ! Le format RAW contient l’intégralité des informations enregistrées par le capteur de l’appareil.

Ce format photo offre une plus grande latitude d’intervention au photographe qu’il soit professionnel ou amateur.

A la différence du format JPEG, le format photo RAW n’est pas immédiatement disponible car il implique un développement à l’instar des films argentiques.

Le développement des fichiers RAW n’est qu’une étape du flux de production qui part de la récupération des photos sur la carte mémoire jusqu’à la diffusion de l’image finale.

Apprendre à utiliser le format photo RAW s’apprend et peut même permettre de prolonger le plaisir de la prise de vue jusqu’au développement pour le photographe passionné.

Le livre de Patrick Moll sur le format RAW

A ce titre, on vous recommande l’excellent livre de Patrick Moll sur Le Format RAW « développement et flux de production » aux éditions DUNOD.

Patrick Moll vous fait partager sa connaissance de ce format photo, en tant qu’ingénieur et photographe de théâtre, auteur de plusieurs ouvrages techniques sur les reflex numériques. Il collabore depuis 2009 au magazine Compétence Photo.

Le format RAW

Son livre sur le format photo RAW se compose de plusieurs parties :

En premier lieu, il revient sur l’ensemble du flux de production pour que le photographe amateur comprenne bien l’ensemble des étapes. C’est aussi l’occasion de revenir sur la balance des blancs, la sensibilité ou histogramme des tonalités.

Ensuite, Patrick Moll aborde la présentation du format photo RAW et surtout la question des logiciels de développement à choisir pour optimiser le résultat.

Pour finir, il détaille le catalogage, le développement des fichiers RAW, l’édition, l’impression, la diffusion, l’archivage, et pour finir la sauvegarde des images.

Ce qui est assez clair pour ce photographe, c’est que chaque étape est importante et pour appuyer ce fait, il n’hésite pas à déclarer que « la solidité de la chaîne de développement du format photo est équivalente à son maillon le plus faible ! »

Ce livre s’adresse aussi bien au photographe débutant qu’à l’expert.

PS : Toutes les photos ne méritent pas d’être développées ! Il faut donc faire un tri sélectif et c’est toujours un moment douloureux pour le photographe.

Flux de données et formats de fichiers photos

Au cours du flux de production, une photo va subir plusieurs transformations, de nature ou de format. Quel est le fil chronologique à suivre ?

Le format photo RAW Propriétaire

Il n’y a pas un format RAW mais des formats RAW pour l’auteur et en tout cas presque autant que d’appareils photographiques sur le marché.

Outre les données brutes issues de l’appareil, le format RAW contient des métadonnées décrivant les paramètres de prises de vue, l’appareil et les objectifs utilisés. Mais aussi tout un tas d’informations que seul un logiciel propriétaire est capable d’analyser.

 PRISE DE VUE RAW

C’est d’ailleurs le défaut principal de ce format photo car le format RAW est non documenté et fait planer une menace sur sa pérénnité.

Le format DNG (digital negative), créé par Adobe, a l’ambition d’être le format photo standard des RAW.

Pour l’essentiel, il s’agit d’un conteneur qui a le mérite d’être documenté. Il contient les données brutes extraites du RAW propriétaire.

A l’issue du développement des RAW, les modifications sont enregistrées dans un format texte. Il s’agit de fichiers de métadonnées qui doivent être impérativement sauvegardés en même temps et au même endroit que le fichier RAW.

Le format TIFF est le plus intéressant des formats de type BITMAP, car il présente le gros avantage de ne pas compresser les données et de pouvoir les coder en 16 bits.

C’est un format idéal pour un travail complémentaire dans un éditeur d’images, car il limitera au maximum les pertes d’informations.

En revanche, un fichier TIFF est énorme, ce ne peut être qu’un fichier intermédiaire entre le RAW et le format final d’images.

Le format JPEG est comme nous l’évoquions plus haut, le format bitmap le plus courant, reconnu par la quasi-totalité des logiciels. A la différence du TIFF, il est très léger et en fait un excellent fichier d’échange ou pour le tirage papier. Par contre, ce n’est pas un bon fichier pour la retouche d’image.

Il n’est pas recommandé pour un tirage photo de grande dimension.

Bien sûr, il existe d’autres formats photo comme le GIF ou le PNG mais il ne présente pas forcément un grand intérêt pour le travail photographique.

Ils sont souvent utilisés par des infographistes au moment de constituer des sites Internet.

rencontrez des amateurs de photographie

À lire également : Faire une Randonnée Photo dans la Nature avec des Amis