Théâtre comique

Qu'est-ce qui nous fait rire au théâtre?

On l'ignore parfois, mais le théâtre burlesque, qui utilise principalement du comique de geste, n'est pas une invention contemporaine et nos humoristes actuels, que nous les découvrions dans un one-man show ou la réinterprétation moderne d'une farce plus ancienne, s'appuie sur une tradition qui remonte bien au-delà du théâtre classique.

De fait, le théâtre burlesque se pratique déjà dans l'Antiquité grecque et l'humour des spectacles contemporains n'a pas tellement changé.

Déjà au Vème siècle. avant JC, les auteurs comiques parodiaient les travers de leur société et les dérives de leurs politiques. Ils exploitaient les ressources théâtrales de la gestuelle et de la caricature.

Si le théâtre comique actuel n'a rien inventé, c'est qu'il puise toujours sur les registres de l'humour qui provoquent le rire et que le théâtre classique français a surtout contribué à codifier. On distingue ainsi quatre grands ensembles de procédés comiques au théâtre.

Le comique de geste est immédiatement compréhensible et constitue l'un des ressorts de la farce et du burlesque.

La Commedia dell' arte italienne, ancêtre du théâtre de rue, l'a très largement exploité.

On le retrouve aujourd'hui dans la réinvention version théâtre de rue ou de tréteaux que nous présentent nombre de troupes contemporaines.

Parce que certaines pièces du répertoire classique paraissent parfois difficiles à appréhender pour un public actuel, les metteurs en scène aiment à puiser dans un comique plus direct et plus immédiatement compréhensible comme le burlesque ou la farce.

Le comique de langue, qui s'appuie sur les jeux de mots, est plus sophistiqué et demande au spectateur plus d'attention.

Il se combine fort bien, cependant, avec la gestuelle, qui en facile l'interprétation et l'effet burlesque.

Le comique de situation, développé avec finesse dans le théâtre classique, se prête mal à un one-man show, forcément plus dépouillé. Mais les artistes contemporains y exploiteront volontiers le dernier ressort du comique traditionnel, la caricature de situations (ou comique de situation).

Pour être drôle, un spectacle doit nous tendre un miroir : celui de notre société ou de nos défauts.

Mais le théâtre n'a plus pour vocation, comme le revendiquait Molière, de faire œuvre de morale.

S'il gagne à nous proposer des pistes de réflexion sur notre monde, il doit avant tout nous séduire, en nous faisant passer un bon moment. Les clowneries sont les bienvenues, puisque tout spectateur a gardé une âme d'enfant.


À lire également : Aller au Théâtre et au Spectacle avec des Amis