Conseils sur l'Amitié

Les autres ne sont pas des êtres logiques, mais des êtres d’émotions

Quand on veut lier des relations amicales ou pas avec une autre personne, il ne faut jamais oublier ce principe : Avant d’être logique ou objectif, une personne exprime ou ressent d’abord des émotions positives ou négatives.

C’est d’abord ces émotions qui dictent ses pensées et ses actes.

La première chose à comprendre quand on veut se faire des amis, ou communiquer avec les autres, c’est de comprendre que tout est émotion avant d’être raison.

Ainsi, quand on veut faire passer un message ou exprimer un point de vue, il faut d’abord savoir faire passer l’information avant même de se soucier de son contenu objectif.

Plutôt que d’avoir des opinions négatives, de réprimander, il faut d’abord essayer de comprendre, se mettre à la place, de saisir l’origine d’une action plutôt que de simplement critiquer sans savoir.

Si nous devenons plus tolérants et plus compréhensifs, nous devenons meilleurs, mais surtout plus à même de devenir amical, et attirer l’amitié.

Comment donner envie à quelqu’un de devenir mon ami ?

Ce sont devenus des amis

Pour susciter l’envie d’agir chez une autre personne que soi, il n’existe pas 36 solutions.

En fait, il n’y en a qu’une : il faut susciter chez l’autre le désir de cette action.

Pour Freud, tous nos actes sont le résultat de nos désirs fondamentaux : le désir sexuel et le désir de reconnaissance !

Maslow a créé une pyramide des besoins prioritaires de l’être humain, et encore bon nombres d’autres théoriciens, philosophes ou psychologues, ont écrit sur la thématique des désirs et des besoins de l’être humain.

Tous s’accordent pour mettre en exergue chez l’homme, le besoin de se sentir important !

Si on arrive à satisfaire la plupart des besoins (santé, alimentation, sommeil, biens matériel, etc.), il est un besoin qui est le plus dure à atteindre le plus régulièrement possible, c’est bien celui d’être reconnu.

C’est d’ailleurs ce qui différencie le plus l’homme de l’animal qui lui ne cherche pas ce besoin de reconnaissance.

Dites-moi comment vous voulez être reconnu, je vous dirai qui vous êtes ! Cette affirmation tant à démontrer la personnalité de chacun.

François Hollande s’est présenté à la présidence de la république française pour assouvir son besoin de reconnaissance qui passait par une victoire politique.

Michel-Edouard Leclerc a développé une politique industrielle utilisant moins d’emballages en carton pour être reconnu comme un chef d’entreprise soucieux du développement durable, et de l’écoute des clients.

Jo-Wilfried Tsonga remporte des matchs de tennis professionnels pour être reconnu comme un athlète de haut niveau doué avec une raquette en main sur les courts de tennis remplis de spectateurs du monde entier.

Les plus fortes reconnaissances sont celles qui attirent le plus le regard des autres !

À lire également : Comment réussir sa vie amicale grâce aux bonnes relations

Plus les spectateurs sont nombreux et plus le besoin de reconnaissance de la personne regardé est élevé.

C’est le cas pour Hollande, Leclerc et Tsonga.

Ce besoin pousse à avancer et même parfois à accomplir de grandes choses mais il peut aussi pousser des individus sans envergures ou sans connaissances techniques à tout de même chercher une forte reconnaissance sans en avoir des moyens dit classiques.

C’est ainsi que l’on peut retrouver des comportements déviants chez de grands criminels.

Aussi abject, monstrueux et stupide qu’ont été les actes de Mohammed Merah, une partie de son action est lié à son besoin d’exister aux yeux des autres, quitte à passer pour un criminel et un monstre ! Cela illustre à quel point ou à quelles extrémités, certaines êtres humains peuvent aller pour assouvir ce besoin.

Le fait de répondre à ce besoin de reconnaissance peut aussi provoquer la perte de ceux qui sont obsédés, voir possédés.

Ce sont devenus des amis Savoir se faire des amis, c’est aussi quelque part savoir quelque peu manipuler sans que ce soit nécessairement moralement répréhensible pour arriver à son but.

Manipuler ou l’action de mouvementer, toucher, déplacer un objet dans le but de s’en servir.

Est négatif, une manipulation qui consiste à prendre quelque chose de quelqu’un qu’il ne souhaitait pas donner.

Mais en vérité, on peut apprécier être manipulé et y trouver même des motifs de satisfaction.

On peut apprécier être appelé par un ami qui souhaite vous inviter à jouer une partie de tennis dans une heure parce qu’il a un créneau de libre dans son agenda.

En fait, il s’agit d’une manipulation ! Mais si, vous aussi vous avez envie de jouer au tennis, cette manipulation bénéficie au deux : le manipulateur et le manipulé, l’initiateur et le suiveur…

Il faut arriver ici à comprendre que manipuler ne veut pas systématiquement dire tromper et trahir.

Pour se faire des amis, il faut en fait savoir manipuler positivement les émotions d’autrui.

Eveiller l’enthousiasme chez l’autre est votre capital le plus précieux pour développer son amitié.

C’est en encourageant les autres que l’on révèle et développe ce qu’ils ont de meilleurs.

Stimuler donne aux individus un idéal à atteindre. A l’inverse, réprimander altère l’ambition et l’envie de progrès !

Notices légales | | Copyright © 2017