Conseils sur l'Amitié

Comment faire pour réussir sa vie amicale et sa vie quotidienne ?

Pour Dale Carnegie, célèbre auteur du livre Comment se faire des amis, et qui a longtemps observé des êtres humains dans leur aspects de vie sociale, « la réussite professionnelle est due pour 15% aux connaissances techniques, et pour 85% à la personnalité et à l’habileté dans les rapports humains, à la faculté de susciter l’enthousiasme chez les autres. »

deux couples d'amis En réalité, pour l’auteur de ce livre sur les rapports entre les individus, ce qui fait la différence n’est pas la compétence ou la spécialisation mais la capacité à s’en servir pour transcender les autres.

Ce qui est vrai dans le domaine professionnel, l’est tout autant dans le domaine amical.

Pour réussir sa vie amicale, il ne faut pas se contenter d’être soi-même, il faut savoir être habile à exprimer sa personnalité, se transcender et rallier les autres à soi.

Depuis de nombreuses années, les hommes ont été obsédés par le fait de savoir comment comprendre les autres, comment s’entendre avec eux, comment gagner la sympathie des autres et comment en tirer parti ?

Et quelque part, comment tirer « profit » d’une relation amicale.

Profit peut signifier gain mais pas forcément financier et vil, mais gain pour sa propre personnalité.

Comment l’autre va m’enrichir avec ce qu’il va pouvoir m’apporter ?

Très tôt, l’homme a compris à la différence des autres espèces qu’il pouvait progresser à travers l’autre, à condition de savoir dépasser sa plus grande frayeur, et peut-être la dernière des temps modernes…la peur de l’autre !

La peur de son jugement, la peur car si on a conscience que l’on va pouvoir gagner quelque chose, on a aussi conscience que l’on va permettre à l’autre de gagner quelque chose de soi ! Mais quoi ? Quelque chose dont on ne souffrira pas que l’autre puisse gagner ?

Mais comment apprendre les relations amicales, où trouver des amis, et quels sont les professeurs de cette discipline ?

En plus de soi-même, on peut tirer un enseignement de ce qui se passe autour de nous, de ce que l’on peut lire dans la presse sur les rapports entre les individus, relire les ouvrages des philosophes ou en parler avec désormais, les experts de la discipline, les psychologues, sorte de coach moderne de l’amitié.

La première étape vers le changement de sa vie vers quelque chose de plus positif

Sans une réelle, profonde et franche disposition à vouloir changer, rien n’est possible !

Celui ou celle qui veut se faire des amis doit avoir conscience qu’il doit évoluer, pas forcément changer mais plutôt progresser dans le but de mieux s’entendre avec ses proches.

Pour en être convaincu, il faut savoir se dire : « Mon bonheur passe par mon aptitude à améliorer mes rapports avec les autres. »

On apprend aussi rapidement que l’on oublie ! C’est pourquoi, il faut savoir se remémorer régulièrement ce que l’on apprend et pourquoi on le fait.

Développer des relations amicales : C’est avant tout faire un effort !

une poignée de main pour aller vers les autres

Sans une réelle, profonde et franche disposition à vouloir changer, rien n’est possible !

Il est toujours plus facile de voir un défaut chez l’autre plutôt que de lui trouver une qualité !

Il est toujours plus intéressant de parler de soi plutôt que de s’intéresser aux sujets de l’autre…

Ainsi, on comprend que pour être plus heureux, il faut dépasser ses penchants naturels ou instinctifs pour se dominer, faire l’effort d’être amical.

Il est facile d’être désagréable, il est plus courageux d’être dans un effort positif par rapport à l’autre, son conjoint, son ami ou son collègue.

D’autant qu’il est largement démontré qu’une critique est beaucoup moins efficace qu’un encouragement.

Alors ce qui demande plus d’efforts est aussi ce qui apporte le meilleur résultat dans la construction d’une relation avec autrui.

« Ne portez pas de jugement négatif sur les autres, si vous ne voulez pas être jugé en retour ! »

La peur de l’autre qui est en grande partie responsable de l’isolement grandissant des individus dans les villes, les campagnes et bref l’ensemble de la société, dépend de ce concept.

Et la peur de l’autre, tient dans le fait d’être jugé négativement.

Or pour ne pas être jugé négativement, il faut commencer par ne pas juger négativement les autres.

Celui ou celle qui comprend ce concept, fait un grand pas vers plus de relations d’amitiés.

Notices légales | | Copyright © 2017