Le Web Magazine du réseau des loisirs
Menu

Faut-il un jour tout plaquer et partir pour changer de vie ?

partir, peur du changement

Partir, pourquoi le changement fait-il peur ?

Partir, quitter ses racines ou ce que l’on croit être ses racines, tant celles-ci ont muées au cours du temps, semble pour beaucoup d’entre nous assez effrayant.

Mais ce qui est le plus effrayant, n’est-il pas plutôt de rester accroché à sa routine, et le regret de ne pas avoir essayé ?…

En décidant de changer de vie, bien entendu on prend un risque, le risque de perdre quelque chose qui nous retient, mais on risque aussi de gagner beaucoup d’autres choses de mieux.

On passe beaucoup de temps à rêver de ce que l’on pourrait faire, et l’on perd souvent son temps à ne pas réaliser ces rêves, par simple peur du changement. Pourtant la peur n’est qu’une illusion de plus, comme le sont les discours des hommes politiques, et la bonne pensée collective qui nous enferme dans un mode vie qui n’est pas forcement celui que nous souhaitons vraiment.

Un jour, ils sont partis pour une nouvelle vie…

Le jour du départ d’Olivier

partir, le jour du départ Cinq heures du matin, les périphériques sont vides et la sortie de Paris ressemble à une procession lente de camionnettes en direction de Rungis. Ma voiture, cette vieille compagne, est chargée des quelques objets qui me tiennent encore lieux de souvenirs accumulés au cours de mon ancienne vie. Car aujourd’hui, c’est le départ vers ma nouvelle vie.

Comme pour beaucoup, l’idée avait fait son chemin depuis déjà quelques temps, plusieurs années sans doute. Partir, non pas pour abandonner, mais bien au contraire pour avancer.

A force d’entendre les autres mécontents, et de participer aussi à ce mécontentement collectif, il fallait bien réagir d’une façon ou d’une autre. Difficile d’envisager de faire la révolution tout seul et de donner un coup de pied dans cette fourmilière. Difficile de passer comme Alain Bashung, de l’autre côté de la lunette du microscope, pour voir de loin tout ces petits êtres qui courent.

J’en avais marre de cette agitation, de ces agressions du quotidien, de ces nouvelles qui tombent tous les jours, de plus en plus anxiogènes, sur le chômage, l’insécurité, la crise, l’absence de vision de tout ce petit monde politique qui ne fait que des phrases, et n’adopte que des postures.

Marre de ceux qui autour de moi se croyaient nantis, parce qu’ils ne voulaient pas voir ce monde qui changeait, isolés dans leurs 46 m2 pour lequel il ne restait plus que quelques années de mensualités à payer, pour qu’ils se croient chez eux, en sécurité.

Si je pouvais faire ce long voyage en voiture, à ce moment là, bien que ne me posant pas la question, j’aurais sans doute pu imaginer que le retour en sens inverse pourrait un jour être possible, mais je ne l’envisageais pas.


Le jour du départ de Marianne

le grand départ de marianne C’était le premier jour de ma nouvelle vie. J’étais assise à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, un journal que je n’arrivais pas vraiment à lire entre les mains. L’enregistrement pour mon vol allait bientôt commencer, mon billet était un allé simple.

Tout avait commencé quelques mois plus tôt, quand mon compagnon avait brutalement décidé de notre séparation. J’étais déprimée, et les consolations de mes proches ne suffisaient pas à me motiver pour reprendre le train train du quotidien, les sorties au ciné, les dîners du samedi soir, et ce job qui m’ennuyait.

Mes amies m’ont conseillé de prendre quelques jours de vacances loin, un voyage ou un séjour dans un club. C’est sans doute ce qui a déclenché mon envie de partir, l’idée de ne pas revenir c’est installée petit à petit, je ne l’ai pas vu venir, mon entourage non plus...

À vingt ans, comme beaucoup, j’avais envisagé de quitter la France, et comme beaucoup, la vie m’avait attrapée, les études à terminer, la famille, un premier véritable amour, puis un premier job, les premiers crédits, les engagements, et finalement, la routine.

J’admirais le courage de ceux qui partaient avec un sac à dos et quelques sous, pour parcourir le monde. Pourquoi ne les ai-je pas suivi ? Pourquoi toutes ces années perdues à aller de jobs en jobs qui ne m’épanouissaient pas, ces relations qui n’en étaient pas vraiment, cette énergie et cet argent gaspillés pour des choses qui au fond ne m’intéressaient pas suffisamment.

À ce moment, en attendant mon vol, je n’imaginais pas que je partais pour très longtemps. Sans très bien savoir ce qui m’attendait, j’espérais que ce serait fabuleux. En tout cas le début d’un nouveau chapitre de ma vie, le plus beau sans aucun doute.

Posez vous les bonnes questions : rester, ou partir pour changer de vie?

questions : rester, ou partir ?

Ne partez pas sur un simple coup de tête, assurez vous que vous n’allez pas regretter ce que vous quittez. Admettez que vous aurez quelquefois des petits coups de blues, le fait de réaliser votre rêve de départ vous aidera à passer ces moments, ils sont normaux et souvent très passagers.

Préparez tous les documents qui vous seront indispensables, passeport ou carte d’identité à jours.
Si vous allez en Europe, la CPAM vous fournira si vous en faites la demande, une carte européenne d’assurance maladie.

Pour la banque, votre carte de crédit si vous avez une, sera utilisable aussi bien chez les commerçant que dans les distributeurs de billets, et vous pourrez suivre et gérer votre compte par internet.

Une fois installé à destination, il est surprenant de constater qu’il est beaucoup plus facile partout en Europe, d’ouvrir un compte bancaire, que cela ne l’est en France…
De la même façon, pour louer un appartement, on vous demandera rarement la caution de votre grand-mère, un mois de loyer d’avance suffira.

Commencez par vous fixer des objectifs réalisables. Avez vous une idée de la région ou du pays où vous souhaitez partir, parlez vous la langue, disposez vous du budget minimum pour entreprendre ce changement de vie ?

À lire également : Français expatriés : comment se faire de nouveaux amis ?

Prévoir le budget pour partir, apprendre la langue et se préparer à sa nouvelle vie

Peut-être vous faudra t-il deux ans ou cinq ans pour économiser assez d’argent pour partir, ce temps est largement suffisant pour apprendre ou se perfectionner à la pratique d’une langue.

bienvenue aux amis La langue n’est généralement pas un obstacle insurmontable, même si le français est beaucoup moins pratiqué que l’anglais à travers le monde, on arrive toujours à se faire comprendre. Les peuples du monde sont souvent plus enclins à faire des efforts vis à vis des étrangers, que nous ne le sommes en France.

Si l’argent vous semble un obstacle pour partir, cela ne doit pas vous empêcher de réaliser ce qui vous tient à coeur, ce n’est qu’une question de temps. Vous pouvez partir avec un budget plus restreint que celui que vous espériez, et au bout de quelques temps, trouver un job à votre destination.

Puisque vous avez décidé de partir, inutile de vous encombrer l’esprit avec ce que de toute façon vous ne pourrez pas emporter. Vendez tout ce que vous pouvez, cela va relativement vite sur des sites internet spécialisés, et vous allez être souvent surpris par le prix que vous allez obtenir pour des choses qui vous semblaient ne pas avoir autant de valeur…

Partir pour changer de vie c’est également changer d’habitudes, commencez dès maintenant.
Avez vous vraiment besoin du dernier smartphone, ou de ces chaussures à la mode ? Sans doute non, et vous risquez de ne pas les emporter lors de votre départ.

Quand on a tout plaqué pour partir, rester ou revenir ?

La majorité des personnes qui partent pour une nouvelle vie, ne reviennent pas, elles ont trouvé un accomplissement à leur rêve.

revenir ou rester Rester, c’est le cas d’Olivier qui vit dans une capitale Européenne depuis maintenant quatre ans. Il y travaille, fait du sport et des sorties avec ses nouveaux amis. La vie lui semble plus douce, et est moins chère qu’à Paris. Petit à petit il s’insère dans un peuple, dans une nouvelle culture, aucuns regrets pour lui…

Celles qui reviennent ne regrettent cependant pas leur expérience, elles se sont enrichies d’autres cultures, et reviennent plus fortes et plus combatives. Elles sont à nouveau prêtes à affronter ce qui peut avoir été à l’origine de leur départ, mais cette fois avec d’autres certitudes, de plus grandes capacités, plus de forces et de sagesse.

Marianne est revenue vivre à Paris au bout de trois ans, elle est maintenant parfaitement bilingue.
Son expérience acquise à l’étranger lui a permis de rapidement trouver un travail qui lui plait.
Sa vision de l’environnement et des ses besoins ont changés. Elle a ramené avec elle, la force qu’elle a construite pendant ces trois années, et la sérénité d’avoir réussit là ou d’autres n’ont même pas essayés.

Que devient l’amitié quand on part ?

Même si après votre installation vous recréez éventuellement une famille, vous allez être éloigné de la votre. Rien n’est jamais définitif, et une fois installé, votre famille restée en France sera sans doute ravie de vous rendre visite. On trouve aujourd’hui de billets d’avion à vraiment très bas coûts.

les amis quand on part Pour les amis, c’est un peu différent, l’éloignement ne favorise pas les relations amicales, le temps passe et l’on s’oublie un peu. Construisez le plus vite possible votre nouveau cercle amical dans votre pays ou région d’accueil. Le mieux est de commencer à poser des jalons avant même votre départ.

Internet va vous aider à trouver des amis.
Inscrivez-vous sur un site comme le réseau des loisirs et de l’amitié meetinggame.fr. Vous allez communiquer avec des amis déjà installés sur votre lieu de destination, ou bien communiquer avec d’autres personnes ayant déjà tenté l’aventure du départ, et échanger des idées et des conseils.

Inscrivez-vous pour trouver des amis et partager des affinités avec ces amis, sur le réseau des loisirs et de l’amitié meetinggame


Notices légales | | Copyright © 2017